Actualites

La presse en reparle !
Ouest-France revient sur mon activité de biographe pendant le confinement - 15 sept 2020

Etre l'oreille des personnes isolées et leur donner la parole !

Alors que la crise du Coronavirus semble reprendre de plus belle, petit retour en arrière sur les mois de confinement passés avec mes narrateurs.

La presse en reparle !

Pays d’Ancenis. À Oudon, Audrey Deniaud transcrit les mémoires des gens

Ouest-France, publié le 15/09/2020 à 16h59

 

L’écrivaine biographe, Audrey Deniaud, constate dans son activité l’impact de la crise sanitaire sur les anciens. « Depuis le confinement, j’ai eu la chance de pouvoir poursuivre mon activité avec des personnes parfois très âgées. J’ai mesuré l’importance particulière de la biographie dans des moments de vie aussi forts, témoigne la jeune femme. Notre projet d’écriture était parfois le seul moment positif de leur semaine. Nos échanges, souvent en visioconférence, les ont sortis de la morosité et de la solitude, car elles ne voyaient plus grand monde. Elles se raccrochaient à ce rendez-vous de travail, où elles construisaient quelque chose. »

 

 

 

 

 

 

Un projet motivant pour les personnes âgées

La biographe accompagne des personnes qui ont déjà écrit et demandent la mise en forme de leurs notes. Mais aussi ceux qui veulent partager souvenirs ou tranches de vie, afin de les publier pour leurs proches. « J’ai commencé ce travail avec un homme de 91 ans au mois de mars et le confinement est arrivé, se souvient Audrey Deniaud. Nous avons poursuivi par tablette nos échanges pour les corrections et la réécriture. Ce fut, pour lui, un projet motivant intellectuellement. Cela lui a permis de passer cette crise avec l’objectif de finir le livre, avant de l’offrir à son entourage. »

La rencontre a été une grande satisfaction pour la biographe, qui aime collaborer à ce besoin de transmission. Elle a remarqué plusieurs attitudes chez les personnes âgées qu’elle a rencontrées pendant cette période : « Soit la peur du virus avec un certain renfermement sur soi, soit un retour sur le passé pour ne pas penser à l’instant présent, soit la relativisation de la crise en évoquant des temps vécus, autrement plus durs, comme la guerre. »

Certains ne voulaient pas « embêter » leurs enfants, très pris par leur quotidien de confinés et le télétravail. « Ils avaient peu de choses à se dire lors de leurs échanges par Skype », dévoile la biographe. Elle était parfois leur seul contact et passait plus de temps avec eux que l’aide à domicile. « Ce fut un moment d’introspection personnelle, où l’on fait le point sur leur vie. »

À la fin du travail collaboratif avec l’écrivaine, la personne reçoit ses livres imprimés. « Cela la valorise, car elle a des choses à dire aux plus jeunes. » Audrey Deniaud reste persuadée que « la transmission est essentielle, à l’heure où nous mettons de côté nos anciens pour les protéger. Il ne faut pas oublier ce qu’ils ont à nous dire ».

Contact. Tél. 06 76 60 62 78.”

Voir l’article sur le site de Ouest France




Partager :